La Bolivie, à la conquête de l’Est (fiche géopolitique du pays)

 (rendez-vous à la fin de l’article pour avoir la carte en meilleure qualité).

  La Bolivie est un Etat d’Amérique latine indépendant de l’Espagne depuis 1825. Il s’agit d’une République présidentielle dont le dirigeant est le président socialiste d’origine amérindienne Evo Morales, depuis son élection en 2006. Le maillage administratif du pays est organisé en neuf départements, eux-mêmes divisés en provinces comportant des municipalités. Depuis l’élection d’Evo Morales, le pays est membre de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques, une organisation inter-gouvernementale créée conjointement par le Venezuela et Cuba dans le but d’une meilleure intégration des pays de l’Amérique latine et des Caraïbes.

   La Bolivie est un Etat enclavé au milieu de l’Amérique du Sud. Cette situation géographique complexe participe du fait que,durant longtemps, la Bolivie a été le pays le plus pauvre du sous-continent. Malgré un plus fort développement ces dernières années, un tiers de la population vit toujours de l’agriculture qui représente 10% du PIB. Ces conditions économiques font de la Bolivie un terrain propice au narcotrafic : derrière la Colombie et le Pérou, elle est le troisième pays producteur de coca (une plante consommée traditionnellement par les indigènes,mais utilisée dans le but de produire de la cocaïne). La majorité de la population bolivienne est située sur l’Altiplano, à l’ouest du pays, autrement nommé mazico boliviano : ils’agit du territoire historique de la Bolivie. Sous la présidence d’Evo Morales, une grande politique en direction de « l’oriente » peu peuplé a vu le jour. Depuis les réformes constitutionnelles de 2006 et de 2007, la Bolivie est devenue un Etat plurinational reconnaissant la langue espagnole aux côtés de 36 langues indigènes à des niveaux régionaux. En 2015, 10 800 882 Boliviens sont recensés : 55% se disent Amérindiens (répartis en 40 groupes), 30% se disent métis et 15% seulement européens.

   A la lumière de ce cadre complexe, ils’agira de se demander comment la Bolivie, cet espace multiculturel divisé, est à la conquête de son propre territoire : une conquête qui se traduit à la fois économiquement, territorialement et culturellement.

  1. Un pays souffrant de son enclavement

1.1. Un enclavement vécu comme une humiliation historique

  • Le fait que la Bolivie soit un Etat traditionnellement pauvre dans le sous-continent a longtemps été imputé à la situation d’enclavement du territoire.
  • Le pays possédait auparavant un large littoral sur le Pacifique, à l’ouest, au-delà de la cordillère des Andes. Ce littoral a été perdu à la suite de la guerre du Pacifique (1879-1884) au bénéfice du Chili. Cette situation fait que les exportations boliviennes souffrent de lourdes taxes supplémentaires.
  • Cette question d’un accès souverain à l’océan est une problématique partagée par tous les gouvernements boliviens : en octobre 2018, la Cour de justice internationale a tranché en faveur du Chili,alors que l’Etat bolivien réclamait un couloir d’accès à l’océan.

1.2. Le développement d’une puissante économique sous-terraine.

  • Cette difficulté à commercer à cause de l’enclavement du pays a inévitablement crée une forte économie parallèle, basée notamment (mais pas uniquement) sur le trafic de cocaïne puisque, comme il a été précisé plus tôt, la Bolivie est le troisième pays producteur de coca dans le sous-continent. La production de cette feuille est même encouragée par le gouvernement d’Evo Morales, qui argue qu’elle est un élément culturel important et une grande ressource économique pour le pays. Le président du pays lutte par ailleurs pour que l’Organisation Mondiale de la Santé déclassifie la plante comme étant une drogue. Des laboratoires clandestins situés en Bolivie transforment la coca en cocaïne, une drogue dangereuse qui est ensuite acheminée vers l’Amérique du Nord.
  • Au niveau des frontières du pays, des régions se sont spécialisées dans le trafic de contrebande pour éviter les lourdes taxes imposées aux exportations légales.

1.3. Durant les années 2000, une économie timidement relancée

  • La Bolivie est le pays d’Amérique latine détenant les plus grandes réserves en gaz derrière le Venezuela. Le pays les exporte surtout vers le Brésil et l’Argentine, mais peine à exporter plus efficacement sa production gazière du fait de son enclavement. Autre ressource naturelle, encore inexploitée : le lithium, utile à la fabrication des batteries électriques. La Bolivie posséderait la moitié des ressources mondiales.
  • Depuis 2007 et la nationalisation de certaines activités (comme l’activité pétrolière), la Bolivie connaît une forte croissance. En 2016, le pays a le plus fort taux de croissance de l’Amérique latine : entre 2005 et 2016, le PIB par habitant est ainsi passé de 1182 dollars à 2757 dollars. Néanmoins, la Bolivie reste le quatrième pays le plus pauvre du sous-continent (derrière Haïti, le Honduras et le Nicaragua) et le 66èmele plus pauvre à l’échelle mondiale.

2. Un espace multiculturel divisé à la conquête de « l’oriente »

2.1. Un pays multiculturel sujet aux tensions internes

  • Depuis 2007, une réforme constitutionnelle a entériné le fait que la Bolivie soit un Etat plurinational reconnaissant les langues des peuples Amérindiens (dont fait partie le président Evo Morales). La Bolivie est un pays où plus d’une trentaine de langues sont recensées par l’Etat, ce qui crée une division culturelle évidente. En effet et malgré la volonté d’Evo Morales d’inverser cet état de fait, la Bolivie comme Etat est une pure création coloniale qui n’avait pas de réelle logique territoriale ou culturelle. Le parti pris du président et de son parti (le Mouvement vers le socialisme, le MAS) est donc de mettre en avant cette diversité culturelle, ce qui peut avoir pour rôle de diviser le pays.
  • Malgré cette volonté de pacifier « les peuples Boliviens », des tensions subsistent sur toile de fond de cette diversité. En 2008, la région de Santa Cruz (comprenant la ville la plus peuplée du pays, Santa Cruz de la Sierra) menaçait de faire sécession du pays.Le maire de ladite ville, Percy Fernandez, avait annoncé que « dans ce pays, bientôt, il faudra se peindre et mettre des plumes pour exister » (La Croix, 05/05/2008). Un referendum d’autonomie a même eu lieu en 2008, au cours duquel 85% des électeurs avaient choisi de supporter l’autonomie. Ce referendum a été déclaré anticonstitutionnel par l’Etat central, qui a tout de même accepté de donner une bien plus grande autonomie à la région en 2010. Les régions de Beni et de Pando, au travers de leurs préfets (élus et non pas nommés) respectifs, avaient également soutenu ce mouvement demandant une plus grande autonomie. Ces trois régions sont en grande partie situées dans l’oriente peu peuplé de la Bolivie, où les infrastructures sont plus rares.

2.2. L’Etat bolivien à la conquête de l’Est

  • La Bolivie n’a jamais été une terre d’immigration : aujourd’hui, la faible densité du pays (8 habitants par kilomètre carré) empêche la Bolivie de partir à la conquête de l’est de son territoire de manière efficace.
  • La faiblesse de l’Etat bolivien est un autre facteur : les infrastructures à l’est sont bien moins développées que dans l’ouest du pays. La mise en place de zones de colonisation agricole entre les années 1950 et 1980 montre bien que, malgré le discours volontariste de l’Etat, aujourd’hui encore ce dernier semble bien incapable d’inverser la situation actuelle. Les politiques de migration vers l’est ne peuvent se reposer que sur des infrastructures de qualité, ce qui semble encore compliqué. Le fait quel’activité du narcotrafic soit bien plus présente dans l’est que dans l’ouest peut être vue une cause (l’ampleur de l’économie parallèle n’est pas un terreau favorable à l’implantation plus forte de l’Etat) ou comme une conséquence (en montrant la faiblesse de l’Etat dans l’oriente).
  • Néanmoins, ce meilleur arrimage à l’est s’est produit surtout par la construction de nouvelles routes : à Santa Cruz de la Sierra surtout, les infrastructures sont de bien meilleure qualité. La politique de migration a porté ses fruits puisque la ville est devenue la plus peuplée du pays. Ces routes ont aidé les populations à migrer vers l’est.
  • La migration des Andins est aujourd’hui une réalité :la croissance démographique de la ville de Cobija, au nord-est du pays, est de plus de 7% par an.

Bibliographie

FNSP Sciences Po, atelier de cartographie, Chili, Bolivie,Pérou : confins terrestres et maritimes, 2011.

FNSP Sciences Po, atelier de cartographie, Bolivie (2015), 2016.

Laetitia PERRIER-BRUSLE, La Bolivie à la conquête de l’Est. Flux migratoires et intégration territoriale des marges orientales, 29/11/2004, geoconfluences.ens-lyon.fr [en ligne], consulté le 10/11/2018, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/Mobil/MobilScient3.htm

Irène HIRT, Louca LERCH, Cartographier les territorialités indigènes dans les Andes boliviennes : enjeux politiques, défis méthodologiques,10/07/2013, cybergeo.revues.org [en ligne], consulté le 10/11/2018, https://cybergeo.revues.org/25843

Laurent LACROIX, Bolivie : instauration de l’Etat plurinational sous la vigilance des organisations autochtones, 05/04/2011, sogip.ehess.fr, consulté le 10/11/2018, http://www.sogip.ehess.fr/spip.php?rubrique28

Laurent LACROIX, « Etat plurinational et redéfinition du multiculturalisme en Bolivie » inChristian GROS et David DUMOULIN-KERVRAN, Le multiculturalisme au concret. Un modèle latino-américain ?, presses de la Sorbonne Nouvelle, pp. 135-146, 2011.

La Croix, Tourneux Laurent, « Une province de Bolivie menace de faire sécession », 05/05/2008, la-croix.com [en ligne], consulté le 11/11/2018, https://www.la-croix.com/Archives/2008-05-05/Une-province-de-Bolivie-menace-de-faire-secession-_NP_-2008-05-05-318936

ANNEXE

Carte, Jérémy Denieulle, 2018


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.