Cuba. Le blé, ciment du régime. Comment la mondialisation agricole permet-elle de nourrir les Cubains à l’heure de l’ « ouverture » du castrisme ? via Diploweb.com

Le gouvernement de la Havane vient d’annoncer une série de rationnements qui touche les aliments de base tout comme les produits de première nécessité. 
Les transformations en cours au sein du régime castriste sont ici appréhendées sous l’angle d’un domaine stratégique pour la survie de la « Révolution », le commerce du blé. En raison du manque de devises, les importations deviennent de plus en plus difficiles. Illustré de deux graphiques et d’une photo.

Pour découvrir l’article en entier, par icihttps://www.diploweb.com/Cuba-Le-ble-ciment-du-regime-Comment-la-mondialisation-agricole-permet-elle-de-nourrir-les-Cubains.html

 

Comprendre la guerre économique des Etats-Unis contre l’île socialiste de Cuba

Photographie mise en avant : Tribune anti-impérialiste dominée par la statue de Simón Bolívar et l’ambassade des Etats-Unis en fond, La Havane, Malecón, 2018. (J. Denieulle)

Depuis 1959, l’île de Cuba, située à moins de 200 kilomètres des Etats-Unis, est gouvernée par un régime marxiste-léniniste. Fidel Castro, leader historique de la Révolution, avait fait le choix de la proximité avec l’URSS lors de la guerre froide. Cela lui avait valu, dès le 3 février 1962, d’être la cible d’un embargo économique et financier de la part de son voisin nord-américain. Puisqu’il perdure encore aujourd’hui, cet embargo est le plus vieux au monde encore en activité. Jusqu’en 1991, cela n’était pas un vrai frein pour le développement cubain, qui dépendait en immense majorité du commerce et des subsides venus de l’Union Soviétique. Après l’effondrement de celle-ci, il est devenu bien plus compliqué pour l’économie cubaine de se développer et, pour le régime castriste, de survivre. Après avoir défini ce qu’est un embargo, il s’agira donc de nous poser la question de savoir si l’embargo étatsunien est réellement à la source du faible développement de la plus grande île des Caraïbes.

Avant de poursuivre, il semble nécessaire de définir ce qu’est un embargo. En effet, dans la propagande officielle cubaine, l’embargo imposé par les Etats-Unis est souvent défini comme étant un « blocus »[1], ce qui est une contre-vérité. Un embargo est « une sanction prise à l’encontre d’un Etat qui vise à interdire les relations, notamment commerciales, de celui-ci avec les pays tiers. […] L’efficacité des mesures d’embargo est très variable, elles sont d’autant plus efficaces qu’elles sont décidées par de grandes puissances contre de petits Etats ; elle renvoie aux capacité de coercition de puissances hégémoniques » (Rosière, 2008, p. 86). L’embargo doit donc être différencié du blocus qui constitue, selon l’ONU, un acte de guerre et qui ne se limite pas qu’à des sanctions économiques. Dans le cas des relations entre Cuba et les Etats-Unis, les objectifs de l’embargo sont limpides depuis 1962. Comme l’explique Dulce Maria Cruz Herrera, « tout embargo constitue avant tout un instrument parmi d’autres pour infléchir une politique jugée répréhensible. Sa logique est de rendre si insoutenable la politique ainsi condamnée que le gouvernement ciblé consente à la modifier. Sa mission : affaiblir le pouvoir et l’infrastructure de la Nation ciblée. L’embargo, imposé par les plus puissants, démontre leur force » (Cruz Herrera, 2007, p. 59). Dans le cas de Cuba, l’objectif de l’embargo est bien de renverser le régime castriste socialiste. Depuis ses débuts en 1959, le castrisme s’est toujours montré prompt à mettre en valeur le Tiers-Monde dans l’arène internationale, et a toujours été foncièrement anti-impérialiste. A seulement 200 kilomètres des côtes nord-américaines, ce genre de politique ne peut pas être acceptée. L’objectif final de l’embargo est donc la chute de l’économie cubaine, suivie de près par le gouvernement castriste, puis la mise en place d’un régime favorable aux intérêts étatsuniens. Il faut souligner que l’embargo est très violent dans le cas cubain, puisque les Etats-Unis représentent « le marché historique et naturel de l’île en raison de sa situation géographique […]. Il convient de rappeler qu’en 1959, 73% des exportations cubaines se faisaient vers les Etats-Unis et 70% des importations provenaient de ce territoire » (Lamrani, 2013, p. 33).

Cet objectif peut se lire au travers de l’évolution de l’embargo depuis 1962. En 1991, lors de la chute de l’URSS, l’économie cubaine est en proie à un marasme profond. La plupart des observateurs en déduisent la fin proche du castrisme et, en 1992, la loi Torricelli est promulguée et vient renforcer l’embargo : depuis lors, il est interdit aux subsidiaires des compagnies étatsuniennes établies dans des pays tiers de faire du commerce avec l’île socialiste. La loi interdit également aux navires de commerce ayant mouillé en port cubain de mouiller en port étatsunien dans un délai de 180 jours. En 1996, la loi Helms-Burton internationalise l’embargo : tout compagnie non-étatsunienne ayant des affaires avec Cuba peut être l’objet de représailles légales. Dans les faits, cette dernière loi oblige les entreprises à choisir entre le marché cubain ou le marché étatsunien, bien plus important. Alors que l’économie cubaine se redresse timidement à partir de 1994, on constate que les Etats-Unis continuent d’assener des sanctions unilatérales à son voisin insulaire. L’embargo est appliqué par l’OFAC[2] de manière très brutale, comme on a pu le constater, en 2009, avec la banque BNP Paribas, obligée de régler la somme de 8,9 milliards de dollars pour éviter des sanctions pénales. Le marché cubain étant, par nature, un petit marché, l’embargo est donc une force de dissuasion importante pour les banques et les entreprises étrangères et ce malgré les politiques récentes de Raúl Castro visant à promouvoir l’investissement direct étranger. Au moment où les dirigeants cubains ont compris que le fait de travailler avec des entreprises étrangères pouvait être un levier de développement important, l’embargo étatsunien a dissuadé lesdites entreprises de venir faire des affaires sur l’île. Evidemment, l’économie cubaine n’a aucune chance contre l’immense économie nord-américaine.

Le point sur lequel se cristallise un bon nombre de critiques relatives à l’embargo est son extraterritorialité. Cet embargo, en ce qu’il frappe des entreprises étrangères souhaitant commercer avec un Etat tiers, est bien extraterritorial par nature. « Par le biais de l’adoption de la loi Helms-Burton, le Congrès américain, détenant le pouvoir législatif aux Etats-Unis, a tenté de légiférer sur des éléments se trouvant en territoire cubain, donc en dehors de son territoire, violant de ce fait la souveraineté de ce pays » (Cruz Herrera, 2007, p. 195). En matière de mesures de contrainte économique, la loi Helms-Burton est donc non-conforme aux règles internationales puisqu’elle crée un « embargo secondaire », qui consiste à « frapper des agents économiques qui commercent avec, ou investissent dans, un Etat soumis lui-même à un boycott primaire » (Stern in Cruz Herrera, 2007, p. 176). Dans un système westphalien, l’embargo étatsunien tel qu’il est encore pratiqué aujourd’hui (puisque le dégel des relations, entamé sous Barack Obama, n’a pas remis en question la politique étatsunienne vis-à-vis de Cuba) est donc contraire aux règles internationales. Régulièrement, cet embargo, soumis au vote de l’Assemblée générale de l’ONU, n’est supporté que par deux Etats : les Etats-Unis et leur allié Israélien. Aujourd’hui, l’embargo est toujours une réalité sur le terrain : entre 2009 et 2017, 49 amendes ont été infligées par l’OFAC totalisant près de 14,5 milliards de dollars, chiffre exceptionnel dans l’histoire de l’embargo. Entre 2014 et 2016, au moment du dégel des relations entre les Etats-Unis et Cuba, 5 entreprises nord-américaines et 3 entreprises étrangères avaient été sanctionnées pour un montant total de 2,8 milliards de dollars (Direction générale du Trésor français, 2016). Si l’embargo représente bien un frein au développement de Cuba, qui tente malgré tout de s’ouvrir au marché mondial, on ne peut pas prévoir une fin de cette politique nord-américaine à court terme : l’élection de Donald Trump semble accréditer l’idée que l’embargo a toujours de beaux jours devant lui. Au-delà du locataire de la Maison Blanche, la question de l’embargo est l’objet de débats plus profonds entre des lobbies aux intérêts opposés, celui de la Fondation nationale cubano-américaine, foncièrement anti-castriste, et le lobby des affaires, qui aimerait profiter du marché cubain (Habel, 2003, p. 146).

[1] Dans la propagande castriste, l’embargo est régulièrement nommé « el bloqueo ».

[2] Office of foreign assets control.

 

Bibliographie

ROSIERE Stéphane (2008), Dictionnaire de l’espace politique, Paris, Armand Colin, 320 pages.

CRUZ HERRERA Dulce Maria (2007), Etats-Unis – Cuba. Les interventions d’un empire, l’autodétermination d’un peuple, Québec, Presses de l’Université du Québec, 323p.

LAMRANI Salim (2013), Cuba : les médias face au défi de l’impartialité, Estrella, Paris, 221 pages.

HABEL Janette (2003), « Cuba, les défis du nouveau modèle », Revue Tiers-Monde, vol. 173, n°1/2003, pp. 127-148. [En ligne] https://www.cairn.info/revue-tiers-monde-2003-1-page-127.htm

Direction générale du Trésor, service économique de l’ambassade de France à Cuba (2016), Lettre de veille économique de Cuba, 9 pages.

La Bolivie, à la conquête de l’Est (fiche géopolitique du pays)

 (rendez-vous à la fin de l’article pour avoir la carte en meilleure qualité).

  La Bolivie est un Etat d’Amérique latine indépendant de l’Espagne depuis 1825. Il s’agit d’une République présidentielle dont le dirigeant est le président socialiste d’origine amérindienne Evo Morales, depuis son élection en 2006. Le maillage administratif du pays est organisé en neuf départements, eux-mêmes divisés en provinces comportant des municipalités. Depuis l’élection d’Evo Morales, le pays est membre de l’Alliance bolivarienne pour les Amériques, une organisation inter-gouvernementale créée conjointement par le Venezuela et Cuba dans le but d’une meilleure intégration des pays de l’Amérique latine et des Caraïbes.

   La Bolivie est un Etat enclavé au milieu de l’Amérique du Sud. Cette situation géographique complexe participe du fait que,durant longtemps, la Bolivie a été le pays le plus pauvre du sous-continent. Malgré un plus fort développement ces dernières années, un tiers de la population vit toujours de l’agriculture qui représente 10% du PIB. Ces conditions économiques font de la Bolivie un terrain propice au narcotrafic : derrière la Colombie et le Pérou, elle est le troisième pays producteur de coca (une plante consommée traditionnellement par les indigènes,mais utilisée dans le but de produire de la cocaïne). La majorité de la population bolivienne est située sur l’Altiplano, à l’ouest du pays, autrement nommé mazico boliviano : ils’agit du territoire historique de la Bolivie. Sous la présidence d’Evo Morales, une grande politique en direction de « l’oriente » peu peuplé a vu le jour. Depuis les réformes constitutionnelles de 2006 et de 2007, la Bolivie est devenue un Etat plurinational reconnaissant la langue espagnole aux côtés de 36 langues indigènes à des niveaux régionaux. En 2015, 10 800 882 Boliviens sont recensés : 55% se disent Amérindiens (répartis en 40 groupes), 30% se disent métis et 15% seulement européens.

   A la lumière de ce cadre complexe, ils’agira de se demander comment la Bolivie, cet espace multiculturel divisé, est à la conquête de son propre territoire : une conquête qui se traduit à la fois économiquement, territorialement et culturellement.

  1. Un pays souffrant de son enclavement

1.1. Un enclavement vécu comme une humiliation historique

  • Le fait que la Bolivie soit un Etat traditionnellement pauvre dans le sous-continent a longtemps été imputé à la situation d’enclavement du territoire.
  • Le pays possédait auparavant un large littoral sur le Pacifique, à l’ouest, au-delà de la cordillère des Andes. Ce littoral a été perdu à la suite de la guerre du Pacifique (1879-1884) au bénéfice du Chili. Cette situation fait que les exportations boliviennes souffrent de lourdes taxes supplémentaires.
  • Cette question d’un accès souverain à l’océan est une problématique partagée par tous les gouvernements boliviens : en octobre 2018, la Cour de justice internationale a tranché en faveur du Chili,alors que l’Etat bolivien réclamait un couloir d’accès à l’océan.

1.2. Le développement d’une puissante économique sous-terraine.

  • Cette difficulté à commercer à cause de l’enclavement du pays a inévitablement crée une forte économie parallèle, basée notamment (mais pas uniquement) sur le trafic de cocaïne puisque, comme il a été précisé plus tôt, la Bolivie est le troisième pays producteur de coca dans le sous-continent. La production de cette feuille est même encouragée par le gouvernement d’Evo Morales, qui argue qu’elle est un élément culturel important et une grande ressource économique pour le pays. Le président du pays lutte par ailleurs pour que l’Organisation Mondiale de la Santé déclassifie la plante comme étant une drogue. Des laboratoires clandestins situés en Bolivie transforment la coca en cocaïne, une drogue dangereuse qui est ensuite acheminée vers l’Amérique du Nord.
  • Au niveau des frontières du pays, des régions se sont spécialisées dans le trafic de contrebande pour éviter les lourdes taxes imposées aux exportations légales.

1.3. Durant les années 2000, une économie timidement relancée

  • La Bolivie est le pays d’Amérique latine détenant les plus grandes réserves en gaz derrière le Venezuela. Le pays les exporte surtout vers le Brésil et l’Argentine, mais peine à exporter plus efficacement sa production gazière du fait de son enclavement. Autre ressource naturelle, encore inexploitée : le lithium, utile à la fabrication des batteries électriques. La Bolivie posséderait la moitié des ressources mondiales.
  • Depuis 2007 et la nationalisation de certaines activités (comme l’activité pétrolière), la Bolivie connaît une forte croissance. En 2016, le pays a le plus fort taux de croissance de l’Amérique latine : entre 2005 et 2016, le PIB par habitant est ainsi passé de 1182 dollars à 2757 dollars. Néanmoins, la Bolivie reste le quatrième pays le plus pauvre du sous-continent (derrière Haïti, le Honduras et le Nicaragua) et le 66èmele plus pauvre à l’échelle mondiale.

2. Un espace multiculturel divisé à la conquête de « l’oriente »

2.1. Un pays multiculturel sujet aux tensions internes

  • Depuis 2007, une réforme constitutionnelle a entériné le fait que la Bolivie soit un Etat plurinational reconnaissant les langues des peuples Amérindiens (dont fait partie le président Evo Morales). La Bolivie est un pays où plus d’une trentaine de langues sont recensées par l’Etat, ce qui crée une division culturelle évidente. En effet et malgré la volonté d’Evo Morales d’inverser cet état de fait, la Bolivie comme Etat est une pure création coloniale qui n’avait pas de réelle logique territoriale ou culturelle. Le parti pris du président et de son parti (le Mouvement vers le socialisme, le MAS) est donc de mettre en avant cette diversité culturelle, ce qui peut avoir pour rôle de diviser le pays.
  • Malgré cette volonté de pacifier « les peuples Boliviens », des tensions subsistent sur toile de fond de cette diversité. En 2008, la région de Santa Cruz (comprenant la ville la plus peuplée du pays, Santa Cruz de la Sierra) menaçait de faire sécession du pays.Le maire de ladite ville, Percy Fernandez, avait annoncé que « dans ce pays, bientôt, il faudra se peindre et mettre des plumes pour exister » (La Croix, 05/05/2008). Un referendum d’autonomie a même eu lieu en 2008, au cours duquel 85% des électeurs avaient choisi de supporter l’autonomie. Ce referendum a été déclaré anticonstitutionnel par l’Etat central, qui a tout de même accepté de donner une bien plus grande autonomie à la région en 2010. Les régions de Beni et de Pando, au travers de leurs préfets (élus et non pas nommés) respectifs, avaient également soutenu ce mouvement demandant une plus grande autonomie. Ces trois régions sont en grande partie situées dans l’oriente peu peuplé de la Bolivie, où les infrastructures sont plus rares.

2.2. L’Etat bolivien à la conquête de l’Est

  • La Bolivie n’a jamais été une terre d’immigration : aujourd’hui, la faible densité du pays (8 habitants par kilomètre carré) empêche la Bolivie de partir à la conquête de l’est de son territoire de manière efficace.
  • La faiblesse de l’Etat bolivien est un autre facteur : les infrastructures à l’est sont bien moins développées que dans l’ouest du pays. La mise en place de zones de colonisation agricole entre les années 1950 et 1980 montre bien que, malgré le discours volontariste de l’Etat, aujourd’hui encore ce dernier semble bien incapable d’inverser la situation actuelle. Les politiques de migration vers l’est ne peuvent se reposer que sur des infrastructures de qualité, ce qui semble encore compliqué. Le fait quel’activité du narcotrafic soit bien plus présente dans l’est que dans l’ouest peut être vue une cause (l’ampleur de l’économie parallèle n’est pas un terreau favorable à l’implantation plus forte de l’Etat) ou comme une conséquence (en montrant la faiblesse de l’Etat dans l’oriente).
  • Néanmoins, ce meilleur arrimage à l’est s’est produit surtout par la construction de nouvelles routes : à Santa Cruz de la Sierra surtout, les infrastructures sont de bien meilleure qualité. La politique de migration a porté ses fruits puisque la ville est devenue la plus peuplée du pays. Ces routes ont aidé les populations à migrer vers l’est.
  • La migration des Andins est aujourd’hui une réalité :la croissance démographique de la ville de Cobija, au nord-est du pays, est de plus de 7% par an.

Bibliographie

FNSP Sciences Po, atelier de cartographie, Chili, Bolivie,Pérou : confins terrestres et maritimes, 2011.

FNSP Sciences Po, atelier de cartographie, Bolivie (2015), 2016.

Laetitia PERRIER-BRUSLE, La Bolivie à la conquête de l’Est. Flux migratoires et intégration territoriale des marges orientales, 29/11/2004, geoconfluences.ens-lyon.fr [en ligne], consulté le 10/11/2018, http://geoconfluences.ens-lyon.fr/doc/transv/Mobil/MobilScient3.htm

Irène HIRT, Louca LERCH, Cartographier les territorialités indigènes dans les Andes boliviennes : enjeux politiques, défis méthodologiques,10/07/2013, cybergeo.revues.org [en ligne], consulté le 10/11/2018, https://cybergeo.revues.org/25843

Laurent LACROIX, Bolivie : instauration de l’Etat plurinational sous la vigilance des organisations autochtones, 05/04/2011, sogip.ehess.fr, consulté le 10/11/2018, http://www.sogip.ehess.fr/spip.php?rubrique28

Laurent LACROIX, « Etat plurinational et redéfinition du multiculturalisme en Bolivie » inChristian GROS et David DUMOULIN-KERVRAN, Le multiculturalisme au concret. Un modèle latino-américain ?, presses de la Sorbonne Nouvelle, pp. 135-146, 2011.

La Croix, Tourneux Laurent, « Une province de Bolivie menace de faire sécession », 05/05/2008, la-croix.com [en ligne], consulté le 11/11/2018, https://www.la-croix.com/Archives/2008-05-05/Une-province-de-Bolivie-menace-de-faire-secession-_NP_-2008-05-05-318936

ANNEXE

Carte, Jérémy Denieulle, 2018

La mondialisation, un phénomène polarisé ?

Ce billet est issu d’un travail universitaire réalisé il y a un an, lors de ma première année de master en géopolitique à l’Université de Reims.

Introduction

                Dans son célèbre ouvrage sur la Méditerranée sous le règne de Philippe II, en 1949, l’historien Fernand Braudel crée une notion nouvelle : celle de « l’économie monde ». La définition qu’en donne le chercheur est novatrice en ce sens qu’elle préfigure la mondialisation de l’économie telle qu’elle va se produire dans la seconde moitié du XXe siècle : pour lui, l’économie monde est un « morceau de la planète économiquement autonome, capable pour l’essentiel de se suffire à lui-même et auquel ses liaisons et ses échanges intérieurs confèrent une certaine unité organique ». Finalement, l’économie-monde européenne de l’époque moderne que décrit Braudel est la genèse, à l’échelle continentale, de ce qui deviendra par la suite mondial.

                L’économie-monde repose sur une théorie de centres et de périphéries. Comme le remarque l’économiste Jacques Adda, ces « mondialisations locales » reposent sur des hégémonies qui changent au fil du temps : Venise au XVe siècle, puis Anvers, Amsterdam, Londres, New-York ou encore plus récemment Tokyo. Ces villes mondes deviennent alors les moteurs de la mondialisation de l’économie, qui s’est donc d’abord réalisée à des niveaux continentaux avant de s’étendre au monde. Le sociologue Immanuel Wallerstein a remis au goût du jour les concepts braudeliens en les adaptant à la mondialisation telle qu’on la connaît aujourd’hui : il crée ainsi la notion de système-monde, qui est selon lui un système mondialisé dans lequel la division du travail se réalise de manière internationale. Et c’est en ce point que le sujet ainsi formulé trouve son intérêt : le concept du système-monde comme le pense Wallerstein, couplé à la théorie des centres et des périphéries qui semble presque immuable dans tout processus de mondialisation laisse entrevoir un phénomène certes mondialisé, mais dont les effets –bénéfiques ou non- et les activités seraient inégalement réparties à la surface de la planète. Dans son ouvrage La mondialisation, le géographe Olivier Dollfus disait à ce sujet que « la mondialisation, c’est d’abord un tourbillon de croissances de toute nature, inégalement distribuées, qui affecte les conditions d’existence de chacun, mais de façon différente et qi contribue, à toutes les échelles, aux modifications des masses et de leurs répartitions, entre villes et campagnes, entre régions, entre pays, comme entre continents. » Si les définitions de ce qu’est la mondialisation peuvent être nombreuses et varier, on peut s’accorder à dire que la mondialisation est un processus par lequel les hommes échangent plus facilement, notamment grâce à la libéralisation des échanges. Le géographe Laurent Carroué et Jacques Adda se rejoignent sur leur définition du phénomène : pour eux, la mondialisation est un processus historique d’extension du système capitaliste à l’ensemble de l’espace géographique mondial.

                Dans ce travail, il s’agira donc de réfléchir à la répartition des effets de la mondialisation dans l’espace. Pour se faire, nous nous demanderons en quoi la mondialisation est un processus qui favorise la concentration d’activités et la création des richesses dans certains lieux au détriment d’autres.

                Dans un premier temps, nous réfléchirons sur les logiques qui mènent à la répartition des principales zones de production dans l’espace mondialisé (1). Ensuite, nous nous adonnerons à une analyse multiscalaire des inégalités dont la mondialisation de l’économie semble être à l’origine (2).

***

1) Logiques de la répartition des principales zones de production

En parlant « d’activités » induites par la mondialisation de l’économie, on peut directement penser à la production des produits qui sont mis en libre-circulation dans l’espace transétatique. Ainsi, dans un premier temps nous évoquerons le fait que la mondialisation est à l’origine d’une croissance forte mais polarisée des richesses (1.1), puis nous réfléchirons au concept du « marché des lieux » d’Olivier Dollfus (1.2). Enfin, nous nous poserons la question de la concentration spatiale des investissements (1.3).

1.1) Une croissance forte mais polarisée des richesses

Loin d’uniformiser la planète et ses territoires, la mondialisation de l’économie et donc de la production semble créer des espaces vides et creuser des inégalités parfois préexistantes. Depuis quarante ans, le PIB (produit intérieur brut) mondial nominal a été multiplié par 2,5, atteignant aujourd’hui 73 870 milliards de dollars. Mais ce chiffre ne doit pas tromper. S’il est vrai qu’au total, la planète n’avait jamais produit autant de richesses que c’est le cas actuellement, celles-ci apparaissent malgré tout extrêmement polarisée dès que l’on s’adonne à une analyse géographique de la mondialisation. Les pays développés réalisent encore aujourd’hui 70% de la richesse mondiale, un poids écrasant sur des pays en développement qui sont, pour leur part, passés de 14% à 30% en 40 ans. Ainsi l’Amérique latine ou, à fortiori, l’Afrique sont des continents placés en marge de la création de ces richesses. A contrario, l’Asie a opéré ces dernières décennies un réveil tonitruant avec, en tête de file, la Chine issue des réformes libérales de Deng Xiaoping dans les années 1980. Ce réveil asiatique montre bien que, dans la division internationale du travail que nous évoquions en introduction avec les théories de Wallerstein, les pays spécialisés dans l’industrie manufacturière jouent un rôle majeur dans la mondialisation de l’économie. A ce sujet, il semble intéressant de se pencher sur la liste des dix premiers ports mondiaux : seulement deux ne sont pas situés en Asie, le neuvième et le dixième (respectivement Dubaï aux Emirats Arabes Unis et Rotterdam aux Pays-Bas). On constate ainsi que si la production des richesses semble polarisée dans certains pôles tels que l’Amérique du Nord, l’Union Européenne ou encore le Japon ; la production des biens qui circulent dans le monde libéralisé reste concentrée en Asie. On peut faire un parallèle entre le développement économique fulgurant de cette région du monde et cette polarisation des activités manufacturières liée à la mondialisation économique. D’ailleurs, lorsque l’on observe dans le détail l’évolution de la production de la richesse mondiale (PIB, en milliards de dollars) on constate qu’en 2012, sur les 54 779 milliards de dollars produits dans le monde, 41 424 milliards de dollars provenaient de l’exportation de la production manufacturière (Carroué, 2015).

1.2) Le « marché des lieux » (Olivier Dollfus)

On pourrait penser, à tort, que les lieux auraient perdu en importance et en signification dans un monde à l’économie et à la production mondialisées. Au contraire, ce processus redonne de l’importance au lieu : c’est en tous cas la pensée du géographe Jacques Lévy. « Les effets d’agglomération produisent des rendements croissants où n’interviennent pas seulement les externalités, mais les économies d’échelle, les effets de centralité, les représentations des acteurs qui jouent en interaction. Le résultat final compte d’avantage que l’addition des facteurs… Paradoxalement, la mobilité des facteurs, capitaux, technologies, marchandises et, pour une part moindre, la main d’œuvre redonnent du poids aux lieux, c’est-à-dire des configurations sociales définies par leur ancrage au sol, leur immobilité » (Jacques Lévy). A partir de là, on constate que les grandes firmes transnationales s’adonnent au « marché des lieux » (Olivier Dollfus) afin de s’implanter dans des endroits en fonction de leurs caractéristiques géographiques : par exemple, leur implantation au sein d’un réseau de circulation, des biens ou de l’information. Il ne faut pas négliger ce facteur dans l’implantation de la production de certaines industries à certains endroits plus qu’à d’autres : si le coût de la main d’œuvre a également une importance, il faut garder à l’esprit que les lieux où elle est bon marché ne manquent pas dans un monde où les inégalités de richesses tendent à s’amplifier. De même, certaines industries ou productions ont besoin d’un savoir-faire important et le coût de la main d’œuvre est alors largement relégué au second plan. Ainsi, les grandes innovations technologiques par exemple prendront place dans la Silicon Valley de San Fransisco plutôt qu’en Asie du sud-est. Même dans un monde où la communication est plus rapide et facilitée qu’elle ne l’a jamais été, les avantages de la proximité géographique ne semblent pas remis en question. Le fait de localiser une production de masse à tel endroit est une décision lourde de conséquence et très réfléchie par les firmes. Prenons exemple de l’industrie automobile : peu après l’avènement du fordisme dans la première moitié du XXe siècle, on a vu se développer des petites industries automobiles un peu partout sur le globe. En effet, leurs productions étaient alors destinées à un marché local, régional. Ainsi, on n’avait pas d’industrie polarisée en un seul endroit. Mais dans un processus de mondialisation où les marchandises circulent très aisément, les industries automobiles se sont muée en production de masse et ont souhaité rationnaliser leur production en la concentrant dans certains endroits stratégiques avant d’exporter leurs véhicules dans le monde entier. C’est le cas du géant nippon de l’automobile Toyota (cf. annexe n°1 p52 atlas) : sur cette carte, on constate bien que les zones de production sont très polarisées tandis que les marchés où la firme exporte ses véhicules sont dispersés sur la surface de la planète. D’ailleurs, on peut voir que les sites de production sont plutôt nombreux en Asie, alors même que les sites de recherche et développement sont pour leur part plutôt situés en Europe et aux Etats-Unis, ce qui est signifiant vis-à-vis de la stratégie adoptée par Toyota.

1.3) La concentration spatiale des investissements

On peut tenter de spatialiser les investissements par le biais des investissements directs internationaux (IDI). Pour Jacques Adda, ils « visent à la création, au développement ou à la prise de contrôle d’entreprises exerçant leurs activités en dehors du territoire national ». A partir des années 1980, on a pu constater une fulgurante progression des IDI au sein de la mondialisation. Mais à ce moment et jusqu’au début du XXIe siècle, ces investissements étaient issus et dirigés vers des pays de la Triade : Amérique du nord, Europe de l’ouest, Japon. Il y avait une prépondérance certaine de ces trois pôles : ainsi, entre 1988 et 1990, Jacques Adda remarque que 82.5% des entrées d’IDI prennent place dans ces pays dits « industrialisés », et que 93.1% des sorties d’IDI s’y déroulent en parallèle. Dans les années 2008-2010, on assiste à un bouleversement : 41.7% des entrées d’IDI ont maintenant lieu dans les « pays en développement » (Afrique, Amérique latine, Asie), qui sont également à l’origine de 20.6% des sorties d’IDI. On constate donc une dynamique tout-à-fait nouvelle d’investissement dans ces régions en développement. Malgré tout, ces investissements internationaux restent spatialement concentrés : ils sont toujours faibles en Afrique et proviennent toujours en majorité (75.5%) des pays membres de la Triade. On peut également faire un parallèle entre la destination que prennent ces IDI et les principaux pays exportateurs de produits manufacturés, situés en Asie : entre 2008 et 2010, on remarque que 31.9% des entrées d’IDI ont lieu sur ce continent. Un chiffre à mettre en relation avec un chiffre évoqué précédemment : les 41.7% d’entrée d’IDI dans les pays en développement. Ainsi, l’analyse de l’origine et de la direction des IDI peut, dans une réflexion plus large, montrer à quel point les activités induites par la mondialisation de l’économie (et donc ici de la finance) sont polarisées dans certains lieux au détriment d’autres, qui deviennent des « périphéries » laissées pour compte au sein de ce processus.

***

2) Une analyse multiscalaire des inégalités induites par la mondialisation

Dans cette partie du devoir, il sera nécessaire de mener une analyse multiscalaire des inégalités produites par la mondialisation de l’économie. Ainsi, nous nous attarderons d’abord sur l’échelle mondiale (2.1), avant de nous intéresser au niveau local (2.2) pour finalement réfléchir aux stratégies de régionalisation actuellement en cours dans l’économie mondiale (2.3).

2.1) Les inégalités induites par la mondialisation à l’échelle mondiale

                Laurent Carroué s’est essayé à quantifier l’importance de la finance au sein des 500 premières firmes transnationales. L’exercice est probant : sur 500 firmes, 154 sont des groupes financiers qui représentent 22% du chiffre d’affaire total. Dans le détail, on constate une nette domination étatsunienne dans la finance mondiale, et plus principalement de la Triade qui réunit 107 de ces firmes. Mais on peut en parallèle voir que les « Suds » prennent en importance : 47 groupes financiers y sont implantés, dont 20 le sont en Chine. Ce développement financier des pays traditionnellement étiquetés comme étant « en développement » ne doit pas pour autant masquer le fait que la finance mondiale soit inégalement répartie à la surface du globe : les activités qu’elle induit sont donc très nettement polarisées au sein de la Triade et de la Chine, comme le montre la carte de Laurent Carroué sur les territoires du commandement banquier et financier mondial (cf. annexe n°2 carte Carroué page 103). Cette domination de certains pôles sur la mondialisation peut s’expliquer par un concept développé par le géographe Olivier Dollfus : celui de l’archipel mégalopolitain mondial (AMM). Pour comprendre ce concept, il faut savoir qu’une « mégalopole », comme la décrivait le géographe Jean Gottmann, est un « réseau de villes et de métropoles voisines où se concentrent et opèrent en synergie pouvoirs politiques, pouvoirs économiques et financiers ». Dollfus raccroche donc ce terme au processus de mondialisation : selon lui, les plus grandes mégalopoles sont situées au sein des pays de la Triade, qui effectuent entre eux 85% du commerce mondial. Ils forment ainsi les « îles » de l’archipel mégalopolitain mondial, qui se caractérise par les réseaux existants entre ces mégalopoles qui étaient, auparavant, relativement coupées les unes des autres. Ainsi, toujours selon Dollfus, l’archipel mégalopolitain mondial est « l’un des symboles les plus forts de la globalisation liée à la concentration des activités d’innovation et de commandement ». Il laisse ainsi de côté les activités de production qui peuvent être, comme nous l’avons vu plus tôt, localisées dans des lieux à la capacité de commandement limitée comme c’est le cas en Asie du sud-est.

2.2) Le niveau local : un miroir des inégalités visibles à l’échelle mondiale ?

                Comme le souligne Dollfus, même dans un monde où les communications sont extrêmement facilitées, le niveau local a toujours une importance déterminante : les relations de proximité jouent toujours dans de nombreux modèles. Prenons exemple des plus grandes places financières du monde, telles que la City de Londres ou Wall Street à New-York : ces lieux sont connus de tous et la simple évocation du nom de ces quartiers, situés dans des métropoles très insérées à la mondialisation de l’économie, rappelle leur fonction de places boursières incontournables. Au sein même des métropoles, des quartiers indispensables à la mondialisation se différencient d’autres par leur concentration de compétences donc. A New-York, selon que l’on travaille à Harlem ou à Wall Street, le décalage semble évident et l’inégalité des salaires s’en ressentira d’autant plus. Ainsi Dollfus pense-t-il que les inégalités visibles à l’échelle du local sont le reflet des inégalités mondiales. Laurent Carroué, pour illustrer cette échelle du local, s’intéresse à la France. Il souligne ainsi la nette domination parisienne : la capitale française regroupe en effet 25% des revenus imposables, 37% des impôts versés et 40% des emplois. Cette domination d’une métropole sur le reste de son territoire est également à imputer à l’histoire politique de la France, qui a favorisé un certain jacobinisme. Pour autant, elle reste à l’image du système bancaire et financier mondial, dont les activités sont fortement polarisées et les compétences regroupées en certains lieux. Au sein même de Paris, c’est le quartier de la Défense qui fait office de quartier des affaires où se retrouvent les sièges sociaux de grandes firmes.

2.3) Des stratégies de régionalisation au sein de la mondialisation

Au sein d’une économie mondialisée, on pourrait penser que les FMN (firme multinationales) auraient des stratégies « globales », qui engloberaient donc l’ensemble de la planète comme espace d’action. On peut douter de ce postulat. Comme le souligne Jacques Adda, le terme même de « FMN » est en soi un abus de langage : ces firmes sont très largement nationales. Les postes de commandement sont très souvent regroupés dans un pays, le contrôle du capital demeure national, de même que le principal des activités de l’entreprise. Au final, il s’agirait plutôt de firmes nationales déployant une partie de leurs activités et de leur production à l’étranger. Revenons également sur l’exemple développé plus tôt des IDI (investissements directs étrangers). Nous avons souligné l’importance des IDI entre les trois grands blocs que représentent l’Amérique du nord, l’Europe et le Japon. Mais nous les avons analysés en ce que ces investissements quittaient ou entraient sur ces continents. Il est en réalité intéressant de constater que la grande majorité des IDI provenant d’une région sont également investis dans cette même région, créant par la même des blocs assez autocentrés. En effet, le marché Américain demeure en majorité le terrain des firmes étatsuniennes, de même que le marché Asiatique est celui des firmes nippones. C’est encore plus frappant en ce qui concerne l’Europe, où les investissements sont très autocentrés. On peut donc mettre en exergue l’ancrage national des FMN et l’importance du niveau régional au sein de l’économie mondiale. Pour autant, dans un monde libéralisé où la concurrence fait loi, le niveau du global ne doit pas pour autant être oublié en ce qu’il est le théâtre d’alliances de firmes provenant de blocs économiques différents, et d’entreprises cherchant à mettre la main sur des marchés situés à l’extérieur de sa région de prédilection. Vu sous cet angle, ce phénomène des stratégies régionales que met en exergue Jacques Adda n’est pas sans faire penser aux différentes « économies-monde » braudeliennes que nous évoquions en introduction et qui se déployaient à des échelles continentales et régionales.

Conclusion

Finalement, on constate que les inégalités créées et amplifiées par le processus de mondialisation sont nombreuses, diverses et peuvent s’étudier à différentes échelles. Si à première vue la mondialisation pourrait faire penser à un monde dans lequel les activités seraient également réparties, il en est finalement tout autre : des logiques de rentabilité toujours plus prenantes ont raison de cette image, et laissent place à une mondialisation à deux niveaux, entre des centres et des périphéries. Les activités liées à la mondialisation, qu’il s’agisse de la production de biens, de la finance mondiale ou encore du commerce international sont finalement extrêmement localisées. La proximité géographique et la concentration des compétences sont toujours des données centrales, malgré les avancées technologiques vis-à-vis de réseaux de communication toujours plus rapides et performants.

Bibliographie

ADDA Jacques (2012), La mondialisation de l’économie, Paris, La Découverte, 333p.

ANSART Thomas & al. (2013), Atlas de la mondialisation, comprendre l’espace mondial contemporain, Paris, Presses de Sciences Po, 198p.

CARROUE Laurent (2015), La planète financière, capital, pouvoirs, espace et territoires, Paris, Armand Colin, 253p.

DOLLFUS Olivier (2007), La mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 169p.

DUPUY Claude, LAVIGNE Stéphanie, (dir.) (2009), Géographies de la finance mondialisée, Paris, La documentation Française, 137p.

POLESE Mario, SHEARMUR Richard, TERRAL Laurent (2015), Economie urbaine et régionale, Géographie économique et dynamique des territoires, Paris, Economica, 410p.

Annexes

Annexe n°1 : Toyota, sites de production et marchés, 2009.
Source : ANSART Thomas & al. (2013), Atlas de la mondialisation, comprendre l’espace mondial contemporain, Paris, Presses de Sciences Po, 198p.

Annexe n°2 : Les territoires du commandement bancaire et financier mondial.
Source : CARROUE Laurent (2015), La planète financière, capital, pouvoirs, espace et territoires, Paris, Armand Colin, 253p.

Géopolémique

Ce carnet se propose de parler de géographie politique et, surtout, de géopolitique. Mon parti pris sera d’avoir recours le plus possible à l’interdisciplinarité pour expliquer des phénomènes géographiques, politiques, sociaux ou encore économiques. Le contenu éditorial de ce carnet repose sur deux grands axes. En premier lieu, des questionnements sur l’ouverture politique et économique de l’île de Cuba, qui constituent le centre de mes recherches et où j’ai d’ores et déjà effectué des travaux de terrain. Il s’agira donc d’évoquer “l’exception géopolitique cubaine” (Gauchon, Huissoud, 2018) mais également de discuter des difficultés à effectuer un travail de recherche à Cuba, et de tenter de prendre une distance critique vis-à-vis de ce travail. Ensuite, des réactions à l’actualité, toujours en prétendant avoir le plus de recul scientifique possible sur les événements, qui seront analysés à l’aune de grilles d’analyses géopolitiques mais également interdisciplinaires. A l’image de mon travail sur Cuba, j’ai à cœur de nourrir mes analyses par la pratique de l’interdisciplinarité. Ainsi, j’ai recours aussi bien à la géographie qu’aux sciences politiques, à l’Histoire, à la sociologie, à l’économie, à la critical geopolitics (qui repose sur l’analyse de discours, principalement), aux relations internationales…